https://my.over-blog.com/design/edit/ La Loire de Decize à Fourchambault 50km - Les Amenturiers
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Loire de Decize à Fourchambault 50km

22 Mars 2016 , Rédigé par les amenturiers Publié dans #rand'eau

Toue cabannée sur la Loire. Orage en approche

Toue cabannée sur la Loire. Orage en approche

La Loire de Decize à Fourchambault  50km

Etape 1 : Cercy la Tour / Decize à Avril sur Loire ( au niveau de)

Ce parcours est le dernier que nous avons réalisé sur la Loire. C'était en Mai 2015.

Pile un an après notre premier parcours sur ce Fleuve majestueux sur la partie "Chateaux", nous retournons cotoyer son ambiance plus en amont.

A l'origine nous avions prévu de partir de Cercy la Tour, de la rivière Aron pour arriver sur la Loire à Decize. Histoire de faire un petit mix et découvrir une rivière peu fréquentée.

Etant donné notre contrainte de prévoir des étapes en fonction des gares pour le retour à la voiture, j'avais prévu de prendre un petit bout de la rivière Alène sur 500m et rejoindre la Aron. Cela nous faisiait économiser de la distance de la gare à la voiture....

Grosse erreur! Pourtant tout était bien sur le papier mais on ne voit pas l'état précis de la rivière par satellite surtout lorsqu'elle est petite!

Arrivés sur place, tout était comme prévu au début...un parking pour se garer, une mise à l'eau facile, une petite rivière pas large mais navigable et un cadre plutôt sympa. Nous déchargeons les affaires et cassons la croûte avant le départ sous un soleil radieux.

A 14h nous embarquons. Le courant est bien soutenu et il va falloir naviguer précis. Ensuite tout se déroule trés vite.

Une courbe puis une autre. Environ 500m après le départ, nous nous retrouvons entourés de part et d'autres des fils barbelés des clotures bordant initialement les berges hautes des prés, érodées par le flux de la rivière.

La situation devient périlleuse et nous n'avons que peu de place pour passer ces obstacles. Quelques secondes après, j'aperçois un barbelé en travers de la rivière au ras de l'eau avec des embacles... mon sang ne fait qu'un tour et nous stoppons comme nous pouvons l'embarcation en nous accrochant aux racines afin d'éviter tout risque de se retrouver bloqués sur le barbelé.

La situation n'est pas simple....

Je décide d'aller reconnaitre en aval pendant que ma chérie reste dans le canoë. Sortir du canoë et remonter sur la berge est trés compliqué surtout avec ces clotures ecroulées de chaque coté de la rivière et les fils barbelés ne demandant qu'à piquer. J'y arrive tant bien que mal après plusieurs contorsions.

le constat et simple : impossible de passer!

Deux gros chênes sont écroulés un peu plus loin et interdisent toute possibilité de passage.

C'est la galère!

Je remonte dans le canoë et nous faisons un point sur la situation. Impossible de faire demi-tour. la rivière n'est pas assez large.

Nous faisons donc une marche arrière sur 50m et accostons sur la berge sous un gros saule mais pas possible d'aller plus loin, le courant est trop fort...la berge étant moins haute à cet endroit, nous faisons tourner le canoë manuellement en le portant. En marche avant nous pensons avoir plus de force pour remonter le courant. Après d'intenses efforts nous arrivons au point de départ.

Nous prenons la décision d'aller directement à l'étape prévue le jour2 de notre périple : Decize.

Nous déchargeons tout notre matos et rechargeons tout dans la voiture.

Avec tout cela, nous avons perdu une bonne partie de la journée et beaucoup d'énergie....

Même si les reconnaissances par satellite et streetview fonctionnent plutôt bien en général, nous ne sommes jamais à l'abris d'imprévus. Mais c'est aussi ça l'aventure!

en rouge, zone encombrée

en rouge, zone encombrée

Nous partons de Decize, juste en aval du barrage en rive droite.Nous trouvons une petit cale de mise à l'eau parfaite où il est possible de descendre la voiture au ras de l'eau.

Nous remontons la garer près du barrage, le long de la route principale pour éviter de la laisser dans un endroit sans passage.

Etant donné l'heure avancée de la journée , nous naviguons une bonne heure avant de poser le campement au calme en bord de Loire.

Quel plaisir de s'installer dans un endoit vierge après une telle journée....A la tombée du jour, les grenouilles nous offrent un superbe concert qui durera .......toute la nuit! merci les bouchons d'oreilles.

étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac
étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac
étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac
étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac
étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac
étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac
étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac

étape 1 : rivière Alène; départ Loire; bivouac

Etape 2 : Avril sur Loire à Imphy (aval) - 15km

Après une bonne nuit réparatrice et sous un beau soleil nous plions le camp assez tard dans la matinée.

Nous retrouvons la Loire avec ses bancs de sables et son ambiance.

Ce secteur est sauvage. Beaucoup d'oiseaux migrateurs se reposent sur les berges. Par endroits, les souches mortes des arbres emportés contribuent à une ambiance mystique. 

Les villages en bordure du fleuve sont beaucoup moins présents que sur la partie chateaux.

Nous avons la chance d'observer le magnifique Guêpier d'Europe sur les berges hautes sablonneuses ainsi que de nombreuses hirondelles des rivages.

L'ambiance sur le canoë est détendue et nous profitons de la pause du midi pour aller nous baigner.

L'après midi se déroule sans encombre. Un petit seuil de cailloux au niveau de Imphy et le passage du pont nous obligent à un arrêt de reconnaissance. Du haut du pont, le passage est bien visible et tout se passe sans souci. Une petite heure après Imphy nous posons le bivouac en rive droite sur une berge herbeuse au pied de grands peupliers. 

Nous testons pour la première fois notre douche solaire qui a trés bien remplie sa fonction (j'en parlerai dans un prochain article rubrique matériel)

Les Milans noirs nous offriront toute la soirée un ballet aérien magnifique.

 

étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac
étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac

étape 2: passage d'Imphy; nids d'hirondelles et guêpiers; baignade; bivouac

Etape 3 : Imphy à Fourchambault - 21km

Cette journée s'annonce grise avec des risques d'averses. Le vent a soufflé toute la nuit et les feuilles des peupliers chantaient sous l'assaut des rafales modérées. Il n'y pas à dire, la météo influence notre envie de sortir du duvet... Le campement est levé vers 10h30 et nous embarquons en direction de Nevers qui n'est pas très loin. L'ambiance sur la Loire est beaucoup plus sombre et même son eau est couleur de plomb.

En moins d'une heure nous atteignons Nevers et son pont.

Nous accostons 100m en amont et je vais faire une reconnaissance pour le passage de celui-ci. Il y a normalement une passe à canoë en rive droite, mais là, nous sommes dissuadés par un seuil  d'environ 80cm avec un fort débit d'eau et ensuite des rochers à éviter. C'est ça qu'ils appellent une passe?!

L'aménagement de ce seuil n'est vraiment pas terrible surtout pour une grande ville comme Nevers...

Résultat : impossible de descendre facilement avec ces enrochements et le débit d'eau soutenu sans risque d'y laisser une cheville. Nous décidons d'aller en canoë en rive gauche au pied du camping. Le niveau d'eau y est beaucoup plus faible.

C'est effectivement à cet endroit que nous passerons le seuil en déchargeant nos affaires et en portant le canoë.

Cette petite affaire nous aura pris 45min!

 

Aux alentours de Nevers
Aux alentours de Nevers
Aux alentours de Nevers
Aux alentours de Nevers
Aux alentours de Nevers
Aux alentours de Nevers

Aux alentours de Nevers

Une fois remontés dans l'embarcation, Nevers s'éloigne rapidement et peu de temps après nous arrivons au bec d'Allier.

Peut-être m'étais-je fais une idée trop idyllique du mariage de ces deux cours d'eau mythiques, mais j'avoue avoir été déçu par l'endroit. La météo tient probablement une part de responsabilité... La Loire à cet endroit est incroyablement large et nous en profitons pour faire notre pause déjeuner en rive droite sur un banc de sable gigantesque.

Une demi-heure plus tard, le ciel devient noir d'encre sur la berge opposée, annonçant un orage au loin. Aucun endroit pour se mettre à l'abris là où nous sommes... Nous décidons de rapidement remballer le pique-nique!

Le vent se lève et des vagues se forment à la surface du fleuve. La météo se dégrade rapidement. Sur la berge opposée, j'aperçois un gros saule pleureur penché au dessus de l'eau.

Nous n'avons que quelques minutes, apercevant déjà le front pluvieux.

Nous pagayons de toutes nos forces pour traverser la Loire et atteindre cet arbre. A vue de nez il doit n'y avoir que 200m à parcourir, mais le vent de face ralentit terriblement notre course. Nous arrivons in extremis sous notre abris végétal de fortune où nous nous accrochons aux racines. Le vent redouble encore de puissance et la Loire écume en surface.

Quelques minutes plus tard des trombes d'eau s'abattent au dessus de nous. Notre arbre protecteur fait son office. Pratiquement pas une goutte ne traverse ce majestueux parapluie.

Sous notre arbre, nous sommes comme dans une bulle, protégés de tout alors qu'autour les éléments se déchainent. Le spectacle est magnifique et excitant!

Nous patientons une vingtaine de minutes que la tourmante passe. Nous en profitons pour enfiler nos ponchos.

toue cabannée au bec de d'Allier; sous notre arbre
toue cabannée au bec de d'Allier; sous notre arbre
toue cabannée au bec de d'Allier; sous notre arbre
toue cabannée au bec de d'Allier; sous notre arbre
toue cabannée au bec de d'Allier; sous notre arbre

toue cabannée au bec de d'Allier; sous notre arbre

Le reste de la descente se fait sous une petite pluie intermittante.

Nous avons cependant l'immense chance de partager un bon bout chemin avec un balbuzard pêcheur, oiseau assez rare à observer.

Les berges au niveau de Fourchambault sont relativement encombrées par la végétation et nous passons une demi-heure à trouver un emplacement de bivouac correcte : sur une île de galets en face de Renault Trucks...!

Le montage du bivouac se fait sous l'arrivée d'un front pluvio-venteux et ces conditions météo me posent des difficultés pour installer le tarp ( voir article matériel : module s'abriter-dormir).

la soirée se déroule tranquillement sous le ronronnement des bruits de la ville non loin.

Dernier bivouac
Dernier bivouac

Dernier bivouac

Etape 3 : Retour

La fin de l'aventure s'annonce. Ce dernier jour est consacré au retour.

Je prends le train jusqu'à Decize et retrouve la voiture. Audrey reste sur son île en attendant et s'attèle aux derniers rangements du bivouac.

Ce parcours sur le fleuve Royal aura été une belle aventure malgré les imprévus. Cette partie est vraiment sauvage et la faune ornithologique très bien représentée.

 

La Loire est toujours une valeur sûre pour faire de belles rand'eau !

 

La Loire de Decize à Fourchambault  50km

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article