https://my.over-blog.com/design/edit/ Descente Canoë intégrale de la Leyre en 6 jours (été 2016) - Les Amenturiers
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Descente Canoë intégrale de la Leyre en 6 jours (été 2016)

2 Octobre 2016 , Rédigé par les amenturiers Publié dans #rand'eaux

Descente Canoë intégrale de la Leyre en 6 jours (été 2016)
Descente Canoë intégrale de la Leyre en 6 jours (été 2016)

Et bien la Leyre, sans en avoir Leyre,

avec sa robe cuivrée, nous a enchantés.

Grâce à ses flots, nous avons vogué

En humant ses essences de pins,

elle nous a envoutés....

Nostalgie,nostalgie........

Nous voilà revenus à la réalité.

Cette descente intégrale sur 6 jours fût idyllique.

Ce petit fleuve (et oui!) nous a transportés dans tous les sens du terme.

Dans cet article nous allons essayer de vous décrire notre descente qui s'est déroulée début Août 2016 de Commensacq à Biganos.

Sur l'ensemble de la descente nous n'avons eu qu'une grosse demi journée de mauvais temps, pour le reste : grand soleil et chaleur.

La Leyre et sa vallée sont différentes de ce que nous avons déjà parcouru en France.

Etonnamment, sur quasiment tout son cours, il n y a pas de Ville/Village à proximité directe de l'eau, ce qui est rare en France, car c'est plutôt l'inverse sur les autres rivières. Par conséquent, la Leyre reste une rivière trés sauvage avec un seul portage (pourtant aucun portage n'est signalé sur les documents du PNR...) sur les 90kms de descente. C'est aussi la première fois que nous n'entendions aucune pollution sonore. Les berges sont vierges et nous avons eu cette excitante sensation d'être comme des explorateurs ouvrant pour la première fois une rivière.

Elle porte bien son nom de petite amazonie car son eau de couleur cuivrée, les nombreuses osmondes (Fougères préhistorique) et sa flore spécifique nous transportent dans une ambiance plus tropicale que tempérée....

En ce qui concerne la navigation, même si ce petit fleuve est plutôt tranquille, les très nombreux branchages présents en tout sens sur l'ensemble du parcours demandent tout de même une maîtrise technique correcte du canoë pour ne pas rester bloqué tout le temps.Très souvent, ça ne passe qu'à quelques centimètres, surtout avec notre embarcation de 5m10 bien chargée!

Pas de bivouac prévu cette fois-ci car tout le cours du fleuve est classé Natura 2000.

Comme j'en parlais dans un article précédent, pour rédiger le river-book, j'ai utilisé un document édité par le PNR des Landes de Gascognes "2016 itinérance Leyre infos pratiques V2" (lien en fin d'article) et j'ai traité ensuite chaque détail point par point comme : réservation des campings et aires naturelles, transport pour le retour, ravitaillements....

Sur ce point je tiens particulièrement à remercier l'équipe du PNR pour l'énergie qu'ils mettent à faire redécouvrir ce magnifique cours d'eau tout en préservant son biotope, et Mr Martinez pour m'avoir accordé de son temps pour répondre à mes questions d'organisation.

Synthèse du parcours :

Descente Canoë intégrale de la Leyre en 6 jours (été 2016)

JOUR 0 : Départ de Commensacq à Trensacq ( 4km)

Nous arrivons le Samedi en fin d'après midi à la base de loisirs de Mexico. Nous discutons avec les filles à l'accueil, rebouclons ensemble pour le retour car c'est elles qui viendrons me chercher à la gare de Labouheyre samedi prochain pour la récupération de la voiture.Tout le monde est trés sympa, l'accueil simple et chaleureux.

Elles me signalent aussi de faire attention car il y a eu des vols de canoës sur la partie plus en aval. Heureusement je me suis bricolé un câble antivol.

Je les remercie pour leur sympathie et leur bonne volontée à nous aider.

Nous approchons le véhicule près du quai d'embarquement. Les roues de la voiture lèvent une poussière qui obscurciera le lieu pendant quelques minutes....Il faut dire que cela fait un bon moment qu'il n'a pas plu. Un âne curieux nous regarde décharger tout notre attirail....

Départ de la base de Mexico
Départ de la base de MexicoDépart de la base de Mexico

Départ de la base de Mexico

18h! Il faut qu'on parte . Je vais garer la voiture sur le parking pendant qu'Audrey finit de charger le canoë.

Nous avons une mini étape d'une heure ( 4km ) jusqu'à l'aire Naturelle du pont de Pouloye afin de réduire la distance du lendemain qui fera tout de même 23 kms!

L'eau est froide et d'une transparence incroyable..

Le cours d'eau n'est vraiment pas large à cet endroit, environ 10m, et la profondeur environ 15/20cm. Malgré ma crainte nous ne frotterons quasiment jamais le fond, par contre les impacts avec les branches immergées...... ça sera pendant 6 jours !

ça y est nous y sommes, cela faisait des mois que nous attendions ce moment!

Quel plaisir..Une fois sur l'eau nous apprécions le calme d'une fin de journée sous une chaleur écrasante. L'éclairage rasant du crépuscule crée des jeux d'ombres dans la végétation et sur l'eau.

Trés vite nous nous rendons compte qu'il va falloir naviguer précis avec toutes ces branches dans l'eau. Cela nous permettra de réviser les techniques apprises à l'Open Canoë Festival quelques mois auparavant.

Dés que nous arrivons au pont de Pouloye, nous accostons en aval de celui-ci en rive droite.

L'aire Naturelle est toute simple avec un bloc sanitaire ( WC, douche à l'eau froide, lavabo).

Le coin est calme, sous de grands pins. Un panneau du PNR,explique la faune et la flore à cet endroit du fleuve.

on n'est pas bien là ?!on n'est pas bien là ?!on n'est pas bien là ?!
on n'est pas bien là ?!on n'est pas bien là ?!on n'est pas bien là ?!

on n'est pas bien là ?!

Suite à ces histoires de vols de canoë nous décidons de nous installer au fond de l'aire, ce qui nous permet de monter le campement à proximité de notre embarcartion ( - de 10m) et d'être aussi un peu plus à l'écart de la route (peu passante).

Nous passerons une très bonne soirée au son de la flûte amérindienne et des hibous.

JOUR 1 : De Trensacq à Pissos ( 23km) .

Ce matin nous mettons le réveil car une grosse étape nous attend. Le soleil est au rdv et une journée bien chaude s'annonce encore.

La lumière du matin éclaire le fleuve d'une manière incroyable...c'est beau!

Après un petit dej copieux nous plions le camp et partons.

sur le départ.....
sur le départ.....

sur le départ.....

La forêt galerie est présente quasiment en permanence. C'est vraiment original et majestueux de passer sous ces ponts végétaux parfois énormes.

L'enchevêtrement des branchages, parfois serré, demande une bonne anticipation afin de passer au meilleur endroit et mine de rien les bras travaillent en permanence.

De méandre en méandre, nous découvrons les différents visages de la Grande Leyre et de sa vallée. Le fond alterne trés rapidement de 20cm à 2m.

Cette rivière est vivante! A partir de 11h les cigales se mettent à chanter d'une force pour ne s'arrêter qu'en fin de journée.

De petites mouches noires sont aussi de sortie et nous harcèlent en permanence.....par moment ça en devient insupportable. Nous remuons la tête et les bras comme si nous étions atteints de tics nerveux...

Audrey me dit que si c'est comme ça tous les jours, ça va lui gâcher son aventure...J'essaie de la rassurer sans trop de certitude...

Pour la pause déjeuner nous trouvons un coin perdu sous les pins.

Nous sortons nos affaires pour le casse croute, mettons la poche de rosé au frais dans l'eau.

Les cigales s'en donnent à coeur joie. On s'entend tout juste parler!

Soudain à l'apéro, un chevreuil surgit de nulle part dans les grandes herbes, nous regarde immobile. Il est là, à 10m.

Personne ne bouge, tout le monde s'observe. Le temps s'arrête dans ces moments là.

Il repart tranquille....

on ne manque pas d'Eyre !on ne manque pas d'Eyre !

on ne manque pas d'Eyre !

Au cours de l'après-midi, nous aurons également la chance d'observer un petit serpent aux écailles joliment dessinées traverser juste devant nous..Je suppose une couleuvre mais je n'en suis pas sûr.

L'après-midi se déroule comme le matin, même si les moucherons nous laissent des moments d'accalmie. Sur l'eau et sous la voûte végétale, la température est idéale et nous ne souffrons pas de la chaleur

Sur ce tronçon, il y a plusieurs petites accélérations de courant bien sympathiques.

Sous les rayons cuisants du soleil, les épicéas entourant le chemin d'eau dégagent une odeur d'essence de pin enivrante.

Les osmondes royales, ces fougères de l'époque des dinosaures, nous accompagnent tout au long du parcours de leur vert éclatant.

La Leyre est à la hauteur de nos espérances !

Nous atteignons la base de loisirs de Testarrouman aux alentours de 17h.

Elle se situe en rive gauche, à 100m en amont du 4eme pont, et bien visible grâce à sa grande plage.

plage de la base de loisirs de Testarrouman

plage de la base de loisirs de Testarrouman

Ce camping est municipal. L'aire se situe à 100m mais il faut monter un escalier de 50m bien raide...Avec tout notre bazard, c'est l'épreuve d'endurance!

3 allers-retours chacun chargés comme des bourriques pour tout transporter...

La dame de l'accueil me signal qu'il faut laisser le canoë en bas sur les rails de rangement..

Oula, je ne suis pas rassuré de laisser notre bateau à la porté de tous, surtout que l'accès à la plage est libre....Alors nous utilisons la technique du camouflage.

Nous le cachons dans les fougères, accroché à un arbre avec le câble. Il est presque invisible!

Le camping est tout simple, les sanitaires sont propres et l'eau est chaude.L'endroit est aussi bien calme.

Une fois le campement installé, nous partons visiter Pissos qui est à 2km et surtout acheter un répulsif pour les moucherons.

Tous les comerces sont présents

JOUR 2 : de Pissos à Moustey (10km)

Aujourd'hui c'est une petite étape et nous en profitons pour flâner au petit dej..Le temps de replier le campement, de faire les A/R jusqu'au bord de l'eau pour descendre le matos et charger, et bien il est .....12h! Le canoë est encore là, caché sous ses fougères, tout va bien.

Nous embarquons, mais au moment de passer sous le pont ( c'est à dire environ 100m après le départ), nous apercevons qu'il y a un seuil infranchissable! C'est pourtant noté sur le site du PNR "90km de cours d'eau ininterrompu" et pourtant celui là impassable!

C'est parti pour décharger tout le matériel, porter le canoë et recharger.....

Donc si vous dormez à Pissos, il est plus judicieux d'embarquer directement en aval de ce seuil.

Sur cette portion, le cours d'eau est toujours peu large. Certains endroits sont vraiment limites pour passer d'autant que 2/3 arbres ont dû tomber trés récemment et n'ont pas été taillés pour libérer une zone de passage.

C'est aussi ce qui fait le charme de la Leyre.

L'arrivée à Moustey se fait en Rive droite juste en amont du pont.

La halte nautique est à 300m à vol d'oiseau mais 500m si l'on suit la route avec le chariot et une bonne grimpette. Autant dire une grande mission avec tout notre matos!

Heureusement (la vie est bien faite!) une personne de la halte nautique déposait 5 personnes pour une location de canoé à ce moment là et nous a donc gentiment remontés jusq'à la halte.(que de temps et d'énergie de gagnés!)

L'endroit est plein de charme et la famille Taris vraiment trés accueillante! Ne pas hésiter à les contacter pour prévoir de vous faire remonter avec votre matos. (lien vers leur site en fin d'article).

C'est aussi eux qui nous ont déposés en centre ville le soir et redescendu le lendemain matin au bord de l'eau.( ils sont vraiment au top ;-))

Halte nautique de Moustey
Halte nautique de Moustey
Halte nautique de Moustey

Halte nautique de Moustey

Le village historique de Moustey sur la route de Compostelle (route de Tours) est plein de charme avec ses deux églises et également plusieurs petits restos.

Nous avons mangé au Gascon. Rapport qualité/ prix trés correct et terrasse ensoleillée le soir. Par contre ils arrêtent le service de (trés) bonne heure (20h30!).

Pour l'anecdote, nous avons été réveillés à 4h30 du matin par un hibou qui donnait de la voix (et quelle voix!) sur le pin juste au dessus de nous.

village de Mousteyvillage de Moustey
village de Mousteyvillage de Moustey

village de Moustey

JOUR 3 : De Moustey à Belin-Beliet ( 18 km )

Départ à 12h toujours sous un beau soleil.

Les reflets du soleil sur l'eau sont toujours aussi beaux le matin.

Quelques centaines de mètres après le départ, la petite Leyre vient rejoindre la grande Leyre.

D'un coup, le fleuve s'élargit et prend de la profondeur.

Il y a toujours de nombreux branchages au dessus et en dessous de l'eau. le canoë touche continuellement même en faisant attention. Cela me permettra de voir la tenue de mon bricolage de protection de coque avec du Duck-tape.

Au cours de la matinée, nous croisons un pêcheur qui nous dit qu'il a pris un beau brochet.

Les kilomètres défilent au fil des méandres, nous profitons de chaque instant.

Un petit serpent traversera encore devant nous dans la matinée et c'est aussi le premier jour où nous voyons des martins pêcheurs (aucun les jours précédent).

Dans l'eau les premiers mulets font aussi leur apparition.

En arrivant sur Belin-Beliet, nous cherchons l'aire Naturelle de camping.

Nous avons fait des repérages en amont sur une carte Topo 1/25000. Rien de précis n'est indiqué sur celle-ci mais nous avons une idée de l'endroit.

Nous nous arrêtons à l'endroit supposé. Il y a bien quelques vieux poteaux en bois et un espace peu large pour passer le canoë mais aucun panneau d'indication. Nous accostons quand même. Audrey remonte un chemin caillouteux sur 50/100m et me dit que le chemin remonte tout en haut sur le plateau. Aucune maison visible.Nous reprenons le doc itinérance fourni par le parc. C'est noté : aire naturelle de Belin-Beliet , accès direct depuis l'Eyre.

Nous en concluons que ce ne doit pas être là.

Nous repartons en surveillant la rive droite.....Rien de rien!

Nous passons Belin-Beliet en nous disant que nous avons dû rater quelque chose, mais quoi?

Nous n'avons plus d'autre choix que de bivouaquer. Cela ne nous dérange pas car nous sommes habitués. Nous poursuivons encore bien 45min avant de trouver un coin sympa avec des berges moins encombrées par les branchages. Ce secteur à l'air rempli de sangliers à voir l'état du sol retourné de partout.

Notre âvre de paix sera sur une petite bande de terre entre un ruisseau et l'Eyre. Le coin est superbe, plat, calme, perdu....

bivouac into the Leyre...
bivouac into the Leyre...bivouac into the Leyre...

bivouac into the Leyre...

Quel plaisir de ne pas avoir à transporter tout notre matos. On décharge, on installe....

L'heure est déjà bien avancée et nous montons rapidement le bivouac.

Nous prenons l'apéro en écoutant les bruits de la nature....La ratatouille chauffe doucement sur le réchaud. L'ambiance est bucolique et sereine.

Nous nous sentons tout petit face à cette végétation luxuriante.

Audrey remarque de jolies pierres bleues dans les graviers du petit ruisseau et ne peut s'empêcher d'aller faire sa chercheuse d'or et d'en rammasser quelques unes.

pierres précieuses de la Leyrepierres précieuses de la Leyre

pierres précieuses de la Leyre

Au cours de la nuit, c'est la fête chez les animaux!

ça traverse et ça se baigne. On entend des sangliers farfouiller pas loin de la tente.

JOUR 4 : De Belin-Beliet à Salles ( 10km )

Ce matin le ciel est gris clair mais il fait toujours doux. Nous remballons le camp et embarquons à 11h30.

La rivière prend de plus en plus ses aises.Trés rapidement nous entendons le bruit de l'autoroute qui pourtant est loin.

Vers 13h, le ciel est vraiment gris! Nous nous arrêtons pour enfiler nos protections de pluie avant d'être mouillés.Un petit point rapide sur l'appli infoclimat pour voir l'image radar en live : pas de doute elle va arriver dans peu de temps et celà pour un petit moment.

trappeurs sur l'amazone made in France
trappeurs sur l'amazone made in Francetrappeurs sur l'amazone made in Francetrappeurs sur l'amazone made in France

trappeurs sur l'amazone made in France

Effectivement, en moins de 10min les premières gouttes font leur apparition.

Pas de pause dejeuner aujourd'hui : le but est d'arriver et de s'installer au camping du Val d'Eyre avant le gros des précipitations (prévu en milieu d'aprem)

En moins d'une heure nous arrivons. La pluie tombe à petites gouttes en continu.

Un panneau de location de canoë ainsi qu'une petite plage en RG indiquent le point de débarquement.(les mobil-homes sont aussi visibles)

Les emplacements tentes sont juste au dessus à 50m.

Le camping est grand avec des prestations plutôt haut de gamme : parc aquatique de folie, restau, salle de jeux...Nous le ressentons sur le prix : 38€ pour deux pour une nuit en tente !!

Nous remontons rapidement le matériel car la pluie se renforce et tombe drue.

Nous installons le tarp et positionnons le matériel ainsi que nous en dessous.

La pluie doit s'arrêter vers 20h, nous attendrons donc ce soir pour monter la tente...

Comme de véritables sdf, nous passons l'aprem sous la toile protectrice.

Nous carburons au thé pour nous réchauffer car en short, les pieds humides, nous finissons par avoir froid.

Tout l'après midi nous rêvond d'une douche bien chaude ...........que nous n'aurons pas!

car l'eau restera désespéremment fraîche dans les douches. Quelle frustration!! pour 38€ le minimum est d'avoir de l'eau chaude ......

accès camping de l'Eyre à Salles en RG
accès camping de l'Eyre à Salles en RG
accès camping de l'Eyre à Salles en RG

accès camping de l'Eyre à Salles en RG

JOUR 5 : de Salles à Mios ( 10km)

Après une nuit humide mais sans pluie, ce matin c'est le grand soleil.

Heureux de le retrouver!

Comme d'habitude nous ne partons pas de bonne heure ( c'est les vacances quand même!)

et prenons le temps de faire sécher le tarp et la tente.

A partir de ce tronçon la Leyre devient plus rectiligne et les premiers platanes sur les berges font leur apparition ainsi que les premiers canoës de location (pas beaucoup )

La Leyre est bien différente depuis notre départ de Commensacq.

Tout en pagayant, dans mes pensées, je me dis que j'aurais vraiment bien aimé rencontrer des animaux emblématiques de la vallée comme la Loutre, la tortue cistude et le vison d'Europe..Mais bon ils sont trés difficiles à observer.

La pause déjeuner est proche et nous trouvons un magnifique banc de sable où un ruisseau se jette dans la Leyre, sous une lumière sublime.

entre Salles et Mios
entre Salles et Mios
entre Salles et Mios

entre Salles et Mios

Nous nous installons tranquillement.

Soudain, pendant le repas j'aperçois sur ma gauche quelque chose bouger sur un gros arbre couché en travers à environ 30m.

Je regarde.Tout de suite je pense à une belette, mais non, l'animal est plus gros et la démarche est différente.Il est là, il traverse doucement le fleuve sur le tronc d'arbre.

Sa taille est plus proche de celle d'un putois. Je ne peux l'affirmer à 100%, mais j'ai bien l'impression que c'était un vison d'europe...malheureusement je n'ai pas eu le temps de sortir l'appareil photo qui n'était pas à coté....

Pour couronner le tout, au cours de l'après-midi nous avons observé, filmé et photographié une tortue cistude qui se faisait dorer au soleil.

Sacrée journée au niveau des observations...

cistude en plein travail cistude en plein travail

cistude en plein travail

En milieu d'après midi nous arrivons au camping municipal de l'Eyre à Mios.

Il est situé en RD, dans un méandre et on ne peut pas le rater. L'accès est direct, puisque l'entrée du camping est à 30m du bord et les emplacements tentes à coté.

L'accueil, le service, sont au top, et en plus l'eau les douches est chaude ;-)

Prix correct (moins de 20€/2 pers). Tous commerces, resto à 1km à pieds.

Trés bon bar à vin/bières sur la petite place du centre ville.

camping de L'Eyre à Mios camping de L'Eyre à Mios
camping de L'Eyre à Mios camping de L'Eyre à Mios camping de L'Eyre à Mios

camping de L'Eyre à Mios

JOUR 6 : De Mios à Biganos ( 10 km )

C'est notre dernier jour sur la Leyre. Déjà un peu de nostalgie nous envahit.

Nous avons pris notre rythme de croisière et nous aurions aimer continuer comme ça encore plusieurs jours...

Sur ce tronçon c'est l'autoroute à canöe..Le temps de charger le bateau, au moins une vingtaine passe devant nous..l'ambiance est fun, tout le monde s'amuse.

Certains sont interloqués de nous voir avec autant d'affaires. Ici le cours d'eau est vraiment large entre 20 et 30m. A mi-parcours, l'effet de la marée sur les berges est visible et la vase déposée sur les racines des arbres fait penser à une ambiance de mangrove.

Il y aussi 3 petites accélérations de courant bien amusantes sur ce parcours.

Peu de temps avant l'arrivée sur Biganos, un chenal sur la gauche est balisé en direction du Teich. Il est donc possible de bifurquer sur la gauche du bassin d'Archachon.Je me posais la question, j'ai eu ma réponse!

Le paysage change radicalement en arrivant dans le Bassin. Les grands arbres feuillus et les pins sont remplacés par des roselières.La faune est aussi bien diffrente.

Ensuite le petit port pittoresque de Biganos sur la droite, signe la fin de notre aventure.

Biganos Biganos
Biganos Biganos

Biganos

La descente étant terminée il faut maintenant retourner à la voiture. Audrey reste à Biganos avec les affaires.

J'ai organisé à l'avance mon retour en contactant les intervenants qui vont m'aider :

Port de Biganos> Gare de Biganos : Loueur Courant d'Eyre (en voiture)

Gare de Biganos > Labouheyre : train

Labouheyre > Mexico : Association Mexico loisirs ( voiture 11€)

Le voyage retour s'est parfaitement bien déroulé et tous les intervenenants étaient à l'heure.

Un ENORME merci à eux pour leur aide et leur sympathie! Ils ont aussi participé à notre aventure..

Un petit film en fin d'article pour résumer cette très belle et inoubliable descente. Que du bonheur :-)

Location de canoë courant d'Eyre - Biganos

Location de canoë courant d'Eyre - Biganos

La Leyre est vraiment un petit fleuve magnifque et sauvage. l'ambiance est unique avec la couleur de son eau et sa vallée qui court au milieu des pins.

A faire sans modération..

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

Zouma 21/08/2019 10:01

Bonjour,

Merci pour votre articles très intéressant.

Concernant les "pierres précieuses" bleues, il s'agit en réalité de pierres issues des forges qui se trouvaient autrefois le long de la rivière. La pierre locale Alios était concassée et chauffée pour en extraire le fer, il est résultait un "sous-produit", cette pierre bleue que l'on retrouve un peu partout autour de la Leyre et particulièrement la ou se trouvait des forges.

Dommage que vous ne vous soyez pas arrêtés à l'Eglise du vieux Lugos (https://vieux-lugo.com). On y accède facilement depuis la rivière.

Bonne continuation.

Frédéric GILBERT 27/02/2019 10:41

Bonjour
Merci pour ce beau compte rendu et ces photos sympathiques.
Depuis votre venue, des petites améliorations ont eu lieu, notamment, l'effacement du seuil de Pissos (garantissant le continuité du chemin d'eau) et l'escale de Belin-Béliet très légèrement aménagé (accès, rack...) et signalée !
Un bémol : le camping municipal de Mios a fermé !
Merci de signaler le site www.canoesurlaleyre.com Très utile !
Seriez vous OK pour prêter une image pour illustrer une des rubriques ? En échange de faire référence à ce blog.

Bonne continuation
Frédéric GILBERT
Chargé des randonnées de pleine nature au PNR des Landes de Gascogne.
f.gilbert@parc-landes-de-gascogne.fr