https://my.over-blog.com/design/edit/ Descente en canoë de Selles-sur-Cher à Civray - 48km - Les Amenturiers
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Descente en canoë de Selles-sur-Cher à Civray - 48km

7 Janvier 2016 , Rédigé par les amenturiers Publié dans #rand'eau

Descente en canoë de Selles-sur-Cher à Civray

Descente en canoë de Selles-sur-Cher à Civray

Descente en canoë de Selles-sur-Cher à Civray - 48km

Nous vous présentons une descente que nous avons réalisée au Mois d’Aout 2014.

Le tronçon réalisé va de Selles sur Cher à Civray.

A cette époque, nous n’avions pas encore notre embarcation et nous avons loué un Canoë chez Canoe- Company, Société située à Civray. Je me souviens encore, c’était un NOVACRAFT prospector 156 SP3, flambant neuf. Nous étions déjà en recherche du « bon modèle », et Jean François SOUCHARD ( le patron de Canoe-company) nous avait permis de tester différents canoës devant la base avant notre départ. Je recommande d’ailleurs vivement ce passionné pour son professionnalisme. En plus de l’activité location, il offre tout une palette de services allant de la vente de matériel, au bar à terrine situé en bord de Cher juste à coté du château de Chenonceau, à la location de vélo….Son site gagne à être connu et bravo à lui pour son dynamisme. Vous trouverez le lien vers son site en fin d'article.

Une fois le matériel chargé, Jean-François nous a déposé un petit peu en amont de Selles sur Cher le Vendredi en fin d’après- midi.

Il y avait eu de gros orages les jours précédents en Amont et la rivière était encore un peu haute. L’eau était encore couleur terre.

Nous avons fait notre premier bivouac sur un banc de sable au niveau du point de départ étant donné l’heure avancée.

L’endroit était très calme avec peu de bruit « des humains ».La soirée était presque fraiche pour une soirée d’été, mais le petit feu de camp réchauffe l’âme autant que le corps. J’ai fait mon premier sursaut en pleine nuit. J’entendais de gros pas dans l’eau non loin de la tente…probablement un sanglier ou un chevreuil venu se désaltérer. Je ne dors toujours que d’une oreille les 2 premières nuits lorsque nous bivouaquons alors que ma chérie dort comme une bien heureuse et n’entend rien. Probablement mon instinct ancestrale de protecteur du foyer qui ressurgit dans cette nature, pourtant pas hostile du tout quand on la connait un peu.

Au petit matin, le ciel est encore bien nuageux mais il ne pleut pas.

Descente en canoë de Selles-sur-Cher à Civray - 48km

Etape 1 :
Selles sur Cher à St Aignan (Environ 18km) :
Sur cette partie le Cher est encore sauvage et nous profitons d'un bon courant et toutes les caractéristiques d'une rivière qui vie, avec bancs de sable, arbres et bois mort sur les berges et une végétation luxuriante. Il y a beaucoup de flèches bleues (martin pêcheur) qui nous doublent ou se sauvent à notre arrivée. Peu de temps après le passage de Selles sur Cher, en rive droite, il est possible de remonter la Sauldre sur 500m environ pour passer sous le pont-canal de Berry et d’accoster pour aller le voir de plus près.
Les villages traversés sont jolis à regarder depuis le canoë. L’étape se déroule sans encombre et nous goûtons au plaisir de ne pas avoir de portage (ce qui ne sera pas le cas les autres jours…)
Arrivés à St Aignan, nous dormons au camping les Cochards qui se trouve en bordure de rivière.(en RG juste après le bâtiment de la FFV à l'entrée du village)
Je vous conseille vivement la visite du village ( à 1km du camping)pour ceux qui aiment les vieilles pierres avec la visite de la crypte de la collégiale ainsi que du vieux village. Nous mangerons le soir dans une petite crêperie Bretonne très conviviale. On trouve plusieurs petits restos sur ce secteur.

photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1
photos de l'étape 1

photos de l'étape 1

Etape 2 :
St Aignan à Montrichard (environ 17km ) :
c’est à St Aignan que débute le Cher canalisé et la galère des portages. La météo est toujours nuageuse avec de belles éclaircies. A partir de cette étape le courant ralentit complètement (barrage oblige) et il faut appuyer beaucoup plus sur la pagaie pour avancer.
Il faut noter que rien n'est aménagé pour faciliter le passage des écluses. Prévoir un chariot et des muscles .sur cette étape il n y a pas moins de 5 barrages...Autant dire que la vitesse moyenne chute considérablement.
Trois d'entre eux on été effacés, mais les fondations génèrent de gros trains de vagues...
nous en avons passé trois en canoë, mais il est fort probable qu’ils ne le soient pas par un débit d’eau différent. Il faut absolument aller reconnaitre en amont car par endroit il y a de bons rappels...prudence!!).

Voici comment nous avons passé les écluses (elles ne fonctionnent plus sur ce secteur) :
St Aignan : prendre le bras de dérivation en amont du barrage sur la droite - portage facile - bien indiqué par un panneau
Ecluse de bray : portage sur la partie droite en amont
Ecluse des Talufiau : en canoé après reconnaissance
Ecluse au niveau de thésée : en canoé après reconnaissance
Ecluse de vineuil : en canoé après reconnaissance
Ecluse e de vallagon : portage sur la partie droite en amont

les endroits pour bivouaquer le long du Cher canalisé ne sont pas forcement évident à trouver.(berges hautes, terrains privés,...)
Mieux vaut ne pas attendre le dernier moment pour pauser le camp


Arrivés à Montrichard, nous avons bivouaqué sur la petite ile juste avant le pont en pierre du centre ville. Jamais nous n’aurions cru pouvoir le faire. Ma chérie se demandait ce que je faisais à tourner autour de cette île rikiki recouverte d’une végétation dense presque impénétrable….Je sentais qu’il y avait une possibilité et avec mon expérience de « Bushcrafteur », je devais pouvoir trouver un passage. Après 5min à tourner, je vois une sorte de petit tunnel sous les branches d’arbres à 50cm au dessus du niveau de l’eau, et je dirige l’embarcation vers lui..Elle me dit « qu’est ce tu fais ?y a rien là ! » je lui réponds un « t’inquiète » sûr de moi ( pas autant que ça en fait, mais il fallait que j’aille voir!) . Nous passons tant bien que mal sous les branches, et là, effectivement, un superbe emplacement sur l’ile, bien plat, dégagé, le top ! Nous étions en plein centre ville et cependant cachés de tous par la végétation…Pour ceux qui souhaiteraient s y arrêter, voir la photo d’accès dans le diaporama.

Nous n'avons fait aucun feu pour ce bivouac afin de rester discret.Je ne suis pas sûr que les locaux seraient heureux de voir régulièrement des canoës-campeur "squatter" leur île.Comme le dit le dictons : "pour vivre heureux, vivons cachés"

Le campement installé, nous avons ensuite été manger au resto nommé "la plage" en canoë. (la classe), qui se situe 400m en aval de l'ile (au niveau du parc de loisirs des bords du cher). C’est un resto guinguette qui possède sa propre baignade dans le cher. Quel plaisir d’arriver à la rame et juste après, s’installer pour manger et boire une bonne bière !Le rapport qualité/prix est bon, et les assiettes très bien garnies. Le retour sur "notre île déserte" de nuit, à peine éclairé par les lumières du village,restera mémorable et féerique.....
Montrichard est aussi un trés beau village fortifié, mais nous n’avons pas eu le temps de visiter.

A noter que cette étape fût un peu longue à notre goût car avec tous ces portages et le cher qui court moins vite, le soir nous étions dead....
Sinon, nous retrouvons toujours sur cette étape des zones très calme avec une bonne végétation. Nous avons vu plus de Martin pêcheur que la veille, ainsi que des ragondins.

photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2
photos de l'étape 2

photos de l'étape 2

Etape 3 :
Montrichard à Civray (environ 15km ) :

Après une nuit plutôt correcte mais réveillé de bonne heure par le trafic routier proche, nous prenons notre petit dej et plions bagages.

Sur cette étape nous rencontrerons trois barrages à aiguilles, tous infranchissables en canoë.

Tous les portages se feront en rive droite. Nous nous sommes arrêtés à chaque fois, juste avant l’écluse et avons utilisé les escaliers pour décharger le matériel et monter le canoë. C’est clairement fatiguant et en plus il vaut mieux avoir de l’équilibre lorsque l’on se passe les sacs et bidons de l’embarcation à la terre ferme.

Il y aurait des solutions simples et gratuite pour améliorer le passage de ces barrages car pour certains ( je ne me souviens plus lesquels précisément) il n y a même pas de différences de niveau d’eau entre l’amont et l’aval. Donc il suffirait just, de laisser les portes Amont et aval de l’écluse ouvertes pour laisser les canoës passer et cela améliorerait par la même occasion la continuité halieutique. Certes je vois cela de ma porte et il y a peut être des points bloquants auxquels je ne pense pas mais cela me parait tellement évident et simple… bref .

Le clou du spectacle de cette étape est le passage sous le fameux château de Chenonceau construit au dessus de la rivière. C‘est vrai qu’il est beau avec sa robe blanche en tuf calcaire et toutes ses arches les pieds dans l’eau…

Nous avons pris tout notre temps pour ce passage. Pratiquement pas un coup de pagaie. Les touristes nous regardaient passer dans notre petite coquille de noix du haut des balcons du jardin. Nous nous sentions tout petit face à la grandeur de ce colosse centenaire.

Ensuite, la fin de l’aventure s’annonce à l’arrivée de la base de canoe-company environ 2 km après Chenonceau.

Le Cher est vraiment une rivière sympathique et le cadre est calme et bucolique. Le bouquet final avec le passage sous Chenonceau est vrai top.

Néanmoins la partie canalisée est éprouvante avec tous ces portages non aménagés.

La prochaine fois que nous retournerons sur le Cher, nous le ferons plus en amont afin de profiter de son coté sauvage et éviter les barrages (même si cela n’évite pas les seuils, très réguliers sur quasi toutes les rivières de France).

photos de l'étape 3
photos de l'étape 3
photos de l'étape 3
photos de l'étape 3
photos de l'étape 3

photos de l'étape 3

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article